• Je claque la porte derrière moi. Enfin. L'école est finie depuis cinq minute, et je suis rentrée à pied. Je suis seule à la maison avec mes chats pendant trois heure. Je m'installe devant l'ordinateur et me connecte à Eklablog, puis à Equideow. Soudain, j’entends un bruit de bagarre. Je me précipite dans le salon où je vois Tigré (mon chat mâle) et Belle-de-Nuit (mon chat femelle) en train de s'étriper. Je les sépare rapidement. J'enferme Belle-de-Nuit avec moi dans le bureau, bien décidée à savoir ce qui se  passe dans sa tête. Je l'immobilise et pénètre dans son esprit. Tout y est calme, paisible, et en même tant, dangereux et vicieux.

    Je m'enfonce de plus en plus, soudain, un éclair de douleur puis le noir.

    **************************************************************************

    Quand je me réveille, je me rend compte que je suis couchée par terre et que je n'arrive pas à me lever. Les lève les yeux et poussa un cri. Un miaulement, plutôt. Je suis devant moi. Mon corps. Et en même temps, je suis dans le corp de Belle-de-Nuit. Je (mon corps) ouvre les yeux et baille. Je sursaute. Et je tombe à terre. Moi (mon esprit), je me lève. Et je le vois. Un lion majestueux assis à terre. Anomalie. Il sourit, et disparait. J'en oublie presque mon enveloppe charnel. Il ne m'était pas apparus depuis deux ans. Ce lion, Anomalie, je l'ai vue la première fois lors de mes cinq ans. Au début, je me croyais folle. Je l'ai appeler Anomalie, car il ne devrait pas exister. Il m'apparaissait souvent, avant l'apparition de mon pouvoir. Je n'en ai parler qu'une fois, à Lise. Elle m'a traitée de folle et s'est moquée de moi.

    Je m'observe. Je suis dans le corps de Belle-de-Nuit. Je miaule. Belle-de-Nuit (la vraie) me répond. Je fais plusieurs test qui m'apprennent que j'ai garder mes souvenir et l'utilisation de la langue humaine, et que Belle-de-Nuit sait à présent parler et miauler. J’entends soudain une porte qui claque : mes deux frères. Combien de temps suis-je restée inconsciente ? Je pénètre dans l'esprit de Belle-de-Nuit et lui dis de dire ce que je lui ordonne. Elle commence par protester, puis cède.

    - Hugs, Noé, venez voir ! crie-elle.

    Noé accoure, mais Hugs ne vient pas.

    - Hugs, c'est très important ! Je t'en supplie !

    Il arriva en grognant.

    - Quoi ?

    Belle-de-Nuit ferme la porte.

    - Bon voilà, je vais être brève. Hugs, tu es un Empathe. Noé, tu es un un Figeur. Éloïse est une Télépathe.

    - Quoi !?! crie Hugs.

    - Je suis Belle-de-Nuit. Éloïse est dans mon corps et vise-versa. J'ai besoin de vous !

    Mes frères étaient bouche bée. C'était quand même un peu vache de tout leur balancer l'affaire comme ça, mais Belle-de-Nuit et moi n'avions pas le choix.

    - C'est... dingue ! souffle Noé.

    Hugs ne peut que s’assoir. C'est normal. Après avoir passer quasi toute sa vie dans la solitude en ayant un pouvoir compliquer à maitriser, ça fait un choc de savoir que sa sœur le savait depuis le début.

    - Et tous ceux qui sont à notre école ont des pouvoir, j'intervins en sautant sur les genoux de mon grand frère.

    Celui-ci poussa un cri surprit.

    - C'est bon, ce n'est que moi, je fais, ironique.

    - Et tu peux parler ? s'écria Noé.

    - Étrangement, oui. J'ai garder tous mes souvenir de ma vie humaine. Belle-de-Nuit à accet à tous mes souvenir, soit le nom de mes amies, leurs caractère, la chorégraphie du gala de patin...

    Nous entendons notre père renter.

    - il faut que vous aidiez Belle-de-Nuit ! je supplie. Je garderais mon esprit ouvert aux vôtres.

    Je m’échappe par la fenêtre, sans oublier de couper l'électricité à l'ordi. je descend par le jardin, tout en suivant la conversation par télépathie.

    "Éloïse ? m'appelle Juliette. Tu es prête, je viens te chercher pour le chant."

    je me mord les lèvres (chose qui fait mal quand on à les crocs d'un chat).

    " J'ai un problème, je lui répond. Je descend."

    "Qu'est ce qu'il y a ???"

    " Je t'expliquerait."

    " Au gros Tilleul" me donne-elle rendez-vous.

    "Ouais"

    J'appelle Belle-de-Nuit, et lui dis ce qu'elle dois faire. Elle sort de la maison avec son classeur de chant. J’attends Juliette, et je vois la voiture de son père arriver. Belle-de-Nuit monte à l'arrière. Je commence à expliquer à mon amie ce qui c'est passé. La voiture s’éloigne, et moi, je me met à courir pour arriver le plus vite possible à la salle où on a chant. Je sens le vent dans mon pelage, l'herbe sous mes coussinets, et j'aime ça. J'éclate de rire, et accélère.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique