• Chapitre 3, le Sable

    AdS

    Chapitre 3, le Sable

  • 5139 après le Grand Incendie

    Prologue

    La grande dragonne marchait dans les couloirs d'un pas pressé. Elle jeta un coup d’œil anxieux aux trois lunes dans le ciel. Trois lunes... Trois œufs. Elle se força à se calmer. Non, c'est impossible. Ton palais est le mieux gardé. Personne ne te ferais du mal. Personne ne leurs ferait du mal. Personne n'est assez fou pour faire ça. Ni assez suicidaire. Pourtant, elle ne ralenti pas le pas. Et, au détour d'un couloirs, elle fonça dans deux autres dragonnes. Elle les reconnut tout de suite. Au plus profond d'elle même, une petite voix traitresse murmurait : Ce sont peu être elles... Ce sont surement elles. Mais la grande dragonne la chassa.

    - Gazelle, Oryx, les salua-elle. Que faites-vous là ? 

    Oryx leva les yeux au ciel, et étouffa un bâillement.

    - Ma chère grande sœur pense qu'un de ses œufs à éclot. Elle m'a entrainer pour aller le voir. Car... (elle prit une voix différente, et la dragonne frémit en reconnaissant la voix de Gazelle) Après tout, c'est ton futur neveu. Ou ta future nièce.

    Gazelle, elle, ne quittait pas la grande dragonne du regard. Ses yeux noirs la transperçait, et sa queue fouettait derrière elle. Il ne faut pas qu'un serviteur arrive par derrière, pensa la dragonne, sinon il aura tôt fait de s'embrocher la dessus.

    - Et toi, Cactée, fit Gazelle de sa voix doucereuse, que fais-tu ici ?

    Cactée essaya de prendre un air détaché, et agita distraitement la patte. 

    - On m'a appeler ici. Une affaire de voleur.

    - Tu pense qu'il aurait pu voler les œufs ? fit Gazelle d'une voix faussement inquiète.

    Je sais parfaitement ce que tu pense, misérable petite sœur, pensa immédiatement Cactée. Mais si mon œufs femelle est volé, sache que je tuerait toutes tes futures filles jusqu'à la dernière.

    Elle eut ensuite un regard méprisant à Oryx. Heureusement que cette dernière n'avait pas d’œufs ! Quand elle n'était pas plonger dans ses parchemins, elle pouvait être sympa. Mais pas toujours. Elle savait se montrer horriblement barbante.

    - On peut faire le chemin ensemble, non ? fit à nouveau Gazelle.

    Gazelle était la sœur la plus vicieuse de Cactée. Au moment de poser ses cartes, elle avait toujours envisager toutes les possibilités, et aussi toutes les possibilités qu'ouvrait les précédentes possibilités. Un truc à vous donner un mal de crane draconien. Sachant qu'elle n'avait rien d'autre à répondre, Cactée haussa les épaules.

    - A votre guise.

    Et elle repartis d'un pas rapide. Elles atteignirent rapidement la nurserie. A leurs passage, tous les autres dragons s'écartaient. Elles étaient les trois dragonnes les plus puissantes de Pyrrhia : la reine des Ailes de Sables, ses royales et dangereuses sœurs, toutes trois filles de la dragonne de Sable la plus connus au monde : Sunny. Et donc petits filles d’Épine. Cactée entra dans la nurserie, et ne pus que voir le plus effrayant : ses trois uniques œufs avaient disparus.

    - Où sont-ils !?! hurla-elle en se jetant sur le dragon responsable de la garde. Où sont mes œufs !?! Je vous jure que je vous tuerais moi même si vous ne me donnez pas une explication valable !!!

    - Je... votre Majesté... personne n'est entré !

    D'un mouvement, Cactée essaya d'abattre son aiguillon en plein cœur du dragon, mais un coup de queue, semblable à un coup de fouet, l'arrêta net.

    - Suffit, siffla une nouvelle voix. 

    Cactée la reconnus immédiatement. Tout comme elle reconnu la dragonne qui l'avait empêcher de tuer son général. Elle était un peu plus grosse que Cactée, mais c'était quand même petit pour une dragonne de son âge. Mais que voulez-vous ! pensa Cactée. Ma mère à toujours été petite.

    - Mère ! s'exclama Oryx en se jetant dans les ailes dorés de la nouvelle dragonne.

    Sunny sourit :

    - Oh, Oryx. Tu as toujours été ma fille la plus démonstrative.

    Gazelle, elle, s'approcha plus lentement, s'agenouilla devant leur mère, et lui baissa la patte, comme on devait le faire à la Princesse Mère. Puis, Sunny se tourna vers Cactée en soupirant.

    - Je sais depuis longtemps que tu ne me sauteras pas dans les ailes... mais peux-tu au moins relâcher ton garde, et dire peu être un "Bonjour, mère" ?

    - Que faites-vous ici... mère ? fit finalement Cactée.

    Sunny haussa un sourcil, puis se détourna.

    - On m'a appeler dès que tes gardes ont sentis que quelque chose clochait. J'ai interrogé tous les gardes : personne n'a rien vu.

    - Parfais, à nous de mener l'enquête, fit soudain Gazelle. Que tout le monde sorte, sauf mes sœurs et ma mère.

    Tous lui obéir. Gazelle fis le tour de la pièce.

    - Il n'y as pas de fenêtre, et des gardes sont toujours à l’intérieur, fit remarquer Oryx.

    - Les deux qui étaient de garde alors ont dit qu'ils surveillaient les œufs, puis que les trois royaux ont disparus d'un coup. Ils ont aussitôt crier à l'aide.

    - Ca veut dire que le voleur était de mèche avec les gardes... commença Gazelle (elle jeta un discret coup d’œil à Cactée), ou bien qu'il était invisible. 

    Le sang de cactée se figea. Evidemment. Invisible. Forcément, même. Et Gazelle savait. Gazelle était au courant de tout.Soudain, les dragonnes entendirent un petit craquement. Toutes se retournèrent, et Gazelle se précipita vers un œuf couleur sable. Elle prit l’œuf entre ses pattes, et exerça dessus une légère pression. L’œuf se cassa, et Gazelle sourit. Elle prit le petit dragonet, et le présenta à ses sœurs et à sa mère :

    - Bonjour, mon beau Scorpion. Voici tatie Oryx, tatie Cactée, et grand-mère Sunny. Bienvenue dans la famille royale.

    Orys vint vite chouchouté son nouveau neveu.

    - Encore un mâle, remarqua Cactée. Dommage pour toi.

    Gazelle la fusilla du regard, et fit doucement :

    - Tes trois uniques oeufs ont disparus, alors à ta place, je tiendrais ma langue. Parce que si tu ne les retrouve pas, c'est forcément un de mes dragonets qui seront la solution.

    - Ils ne peuvent pas monter sur le trône, riposta Cactée.

    - Non, mais ils peuvent engendré des héritière. Prends garde à toi, Cactée. Ne nous sous-estime pas.

    - Suffit, fit à nouveau Sunny. Nous allons mettre des affiche partout dans Pyrrhia. C'est comme ça qu’Épine à procéder pour moi.

    Oryx rendit Scorpion à Gazelle, et suivit sa mère qui était sortis de la nurserie.

    - Fais très attention à toi, cactée, fit de nouveau Gazelle. Le père de tes œufs est forcément coupable.

    Et elle partis elle aussi, laissant Cactée seule. La grande dragonne baissa les yeux sur tout les autres œufs. Il n'y en avait que deux, à peine pondus, de sa sœurs Gazelle. Le voleur savait parfaitement quel œufs prendre. Evidemment, parce qu'il en était le père ! Cactée se jura de le retrouver, et de le torturer jusqu'à ce qu'il lui rende ses œufs.

    Chapitre 1

    - Voyer cette tapisserie, elle s’accordera parfaitement à votre tente, tandis que celle là est plus douce, fit le marchand en présentant deux tapisserie, une blanche avec des motifs géométrique, et une noire avec un lézard de feu.

    La dragonne face à lui se tourna vers une de ses conseillère.

    - Est-ce vraiment nécessaire, Autruche ?

    La grande dragonne appeler hocha la tête.

    - Il faut faire vivre le commerce du repaire. Et je trouve la première particulièrement belle.

    La première dragonne haussa un sourcil, puis se tourna vers le marchand.

    - Combien ?

    - 7 pièces.

    La dragonne lui donna, et pris la tapisserie. Elle soupira :

    - Parfois, je trouve ce métier vraiment barbant.

    Autruche sourit, puis lui ouvrit une partis de la tente, où elle dormait. Elles y entrèrent, et Autruche prit la tapisserie pour l’accrocher aux parois de la tente.

    - Vois-tu, Mirage, ce que j'ai appris en dirigeant le Repaire, c'est qu'il faut toujours faire passer les intérêts des autre avant les siens. Ce dragon avait besoin d'argent pour vivre.

    La deuxième dragonne, Mirage, se coucha dans le sable. Elle avait les yeux d'un bleu déconcertant, contrairement à tous les autres Ailes de Sable, qui les avaient noirs. Mirage était plutôt grande, fine, élancée, et avait environ douze ans. Autruche, elle, était âgée, très âgée. Elle devait être entre les 125-130 ans. Elle était couleur sable comme sa congénère, mais avait les yeux noirs. Mirage savait d'elle que ces parents étaient Flammèche et Six-Griffes. Flammèche était morte depuis longtemps, et Six-Griffes était conseiller auprès de la Reine Cactée. Autruche racontait souvent à Mirage qu'elle avait connue et côtoyer Épine et Sunny avant la fin de la guerre, qu'elle était allée à l'Ecole de la Montagne de Jade plus jeune, et qu'elle y avait rencontrée la Reine Anémone, les Princes Triton et Winter, la télépathe et voyante Lune Claire, le terrifiant Spectral... tant de nom qui ne signifiait pas grand chose aux yeux de Mirage. Puis, Autruche était revenue au palais du Sable, et Épine lui avait confiée une grande mission : devenir la cheffe du Repaire du Scorpion, où les assassins et bandit en tout genre y pullulait de nouveau. Autruche avait donc dirigé le Repaire pendant un certain temps. Puis, Épine est morte, et sa petite fille, Cactée, est monté sur le trône. Onze années plus tôt, Autruche et ses gardes avaient trouvé une petite dragonette à peine éclot abandonnée dans le camp des Rebailes. Les gardes l'ont élever, et Autruche avait trouvée en elle une héritière. Ainsi, cinq année plus tôt, Mirage était devenue la cheffe des Rebailes. Elle était respectée et écoutée das tout le Repaire, et tout les jeunes dragons rêvent de devenir des Rebailes.

    - Il faudra penser à augmenter le rang du jeune officier, Dune. Il est vraiment talentueux. Et Guéparde aussi. Ce sont deux bonnes acquisition pour les Rebailes, fit Autruche.

    Dune et Guéparde étaient deux dragons de l'âge de Mirage, orphelins eux aussi, recueillis à l'âge de cinq ans, trouvé à quelques jour de différence. Ainsi, tout le monde se prenaient à dire qu'ils étaient frère et sœur, au grand amusement de Mirage : Dune ne supportais pas Guéparde, il la trouvait vicieuse et exaspérante, tandis que Guéparde trouvait Dune désespéramment pathétique.

    - Bonne idée, répondis Mirage. Je le ferais après-demain, pendant la nuit de la musique.

    - J'adore cette fête, soupira Autruche. Bon, je devais aller voir mon père. A demain.

    - A demain, Autruche, répondis distraitement Mirage.

    Une clameur monta de hors de la tente. Mirage, surprise, sortie. Dehors, un Aile de Sable et une Aile de Boue étaient entourés de Guéparde et Dune.

    - Que ce passe-il ? demanda Mirage.

    - L'Aile de Boue demande un entretient avec vous, fit Dune.

    - Et l'Aile de Sable l'accompagne, poursuivit Guéparde. Ils disent s’appelez Loutre et Fennec.

    - Merci, c'est bon ! fit l'Aile de Boue en levant les yeux au ciel. Je pouvais très bien me présenter toute seule ! Je demande une audience à Mirage !

    - Et moi je l'accompagne pour m'inscrire chez les Rebailles, fit le dragon de Sable. Mais ça peut attendre. Ce qu'elle a à dire est très important d'après ce que j'ai compris.

    Mirage soupira, dépassée par les événements.

    - Très bien. Guéparde, occupe toi du dragon de Sable. Toi, dragonne de Boue, suis-moi.

    - Oh, très aimable à vous, fit la dragonne en trottinant vers Mirage.

    Drôle de dragonne, pensa Mirage en écartant un pan de la toile. Elle y entra sans aucune gène, comme si elle était chez elle.

    - Que voulez-vous ? fit Mirage en s'asseyant sur un petit siège au milieu du sable.

    - Déjà, les présentations, peu être. Tu n'as aucune idée de qui je suis, intervins la dragonne.

    - Faîtes, fit Mirage avec un mouvement de patte encourageant.

    L'Aile de Boue se redressa de toute sa hauteur.

    - Je suis la princesse Loutre des Ailes de Boue, fille de la Reine Caïmans, elle même fille de la Reine Siliceuse.

    Mirage haussa un sourcils étonné et montra les dents :

    - Trêve de plaisanterie, fit-elle, la princesse Siliceuse vient à peine d'éclore, elle ne peut donc pas avoir de fille, et encore moins de petite fille.

    Loutre ne perdit pourtant pas son sang froid :

    - D'où je vient, vous êtes morte et ensablée depuis belle lurette. La reine des Ailes de Sable actuelle est alors Brûlure, la reine des Ailes de Pluie est Mangue, arrière petite fille de Gloria, la Reine de Glace est Chionée, (elle frissonna), vraiment terrifiante cette dragonne ! La reine du Ciel est Borée, un peu idiote, mais bon..., Wave est reine de Mer. Et voilà ! 

    Cette dragonne était vraiment dérangée ! 

    Soudain, l'Aile de Boue gloussa.

    - Oh Mirage, tu ne me crois pas du tout ! Eh bah voilà : tu vois le collier d'ambre que j'ai autour du cou ?

    Elle effet, elle avait un talisman en forme de cœur.

    - Eh bien il me permet de remonter le temps. Et je peux te le prouver

    Avec un sourire chaleureux, l'Aile de Boue lui tendit la patte. Mirage la regardait d'un œil soupçonneux, mais elle savait qu'il ne fallait pas froissé les dragons fous, ils pourraient alors devenir dangereux. Elle se dit qu'elle appellerait ses gardes si Loutre donnerai signe de dangerosité.

    Elle lui prit donc la patte, faisant rayonner l'Aile de Boue.

    - Merci, lui glissa-t-elle.

    Puis, elle ferme les yeux, et colla son collier sur son propre cœur avec son aile.

    - 4971 après le Grand-Incendie, palais de la Reine Grenat, chambre royale, récita la jeune Aile de Boue.

    Aussitôt, une grande vague de chaleur entoura les deux dragonne, et Mirage sentit sa tête tourner.

    Autour d'elle, le décor changea. Elle se trouvait à présent dans une grande grotte simple, avec aucune décoration.

    Elle s'éloigna brusquement de l'Aile de Boue.

    - Qu'es-tu fait ? Tu es une animus ? Où suis-je ?

    L'Aile de Sable fit rapidement le tour d'elle même, comme lui avait apprit Autruche, pointant son aiguillon venimeux, prête à le projeter contre toute menace.

    - Calme-toi Mirage, essaya de l’apaiser l'Aile de Boue. Non, je ne suis pas une animus, mais mon collier est animusé. Je te l'ai dit, il me permet de remonter dans le temps... C'est ainsi que je me suis retrouvée à ton époque. Et, c'est comme ça que nous allons rencontrer Grenat.

    Mirage ne perdait rien de ce qu'elle racontait. mais dans sa tête elle réfléchissais... Cette Aile de Boue était forcément animus. Alors elle devait faire semblant de la croire, car qui sait où elle se trouvait...

    Grenat. Aile du Ciel. Reine. Elle se souvenait que l'Aile de Boue lui en avait parlé par ces termes là.

    - Grenat, fit-elle finalement. Reine des Ailes du Ciel de 4949 après le Grand-Incendie, où sa mère périt dans un éboulement de montagne, jusqu'en 4981, où elle meurs sous les griffe de sa fille aînée, Scarlet. Un règne très long, et profitable aux Ailes du Ciel.

    Loutre sembla rayonner.

    Soudain, un sifflement amusé se fit entendre du plafond de la grotte.

    - Très impressionnant, Mirage, fit une voix. Vraiment.

    Mirage leva les yeux vers un stalactite de pierre au plafond. Et se qu'elle vit lui fit froid dans le dos. Une sublime dragonne du Ciel, rouge grenat, était perchée là haut. Lentement, majestueusement, elle descendis. Elle était bien plus grande que Loutre et Mirage, qui durent reculer.

    La dragonne du Ciel se déplaçai lentement dans la pièce, ses ailes frottant sans arrêt les parois. Elle s'assit sur une banquette de pierre.

    - Enchantée Mirage. C'est la première fois que tu me vois, non ?

    Elle tendit machinalement la patte, comme un réflexe, mais l'Aile du Sable recula d'un bond. Loutre, au contraire, lui prit tendrement la main. Et là, Mirage vit que les yeux de la grande dragonne étaient blanc laiteux. Aveugles.

    - Oui, répondit simplement l'Aile de Sable.

    L'Aile du ciel lui sourit gentiment.

    - Tient, tu as une réaction tellement différente d'Héli ! Elle, à failli me tuer...

    - Nous n'étions pas dans le même contexte, corrigea gentiment Loutre. 

    -Bien sûr, acquiesça la dragonne. Donc, pour toi, Mirage... Je me présente, je suis Grenat, reine des Aile du Ciel.

    - La reine des Ailes du Ciel est la reine Euros, corrigea aussitôt la chef des Rebailles.

    - Dans ton époque, oui. Pas dans la mienne.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique