• Chapitre 7, la Glace

    IceWing Sigil

  • 2986 après le Grand Incendie

    Prologue

    Elle était bien dans son œuf. Bien installée. Pourtant, elle se sentait à l'étroit. Alors, elle décida de sortir. Elle leva les yeux. Puis, elle prit une grande inspiration, et frappa sa tête dure contre la coquille. Instantanément, une petite fissure se créa. Elle recommença, et la fissure s'agrandis.

    - Que cet œuf s'ouvre, entendit-elle d'une voix étouffée.

    L’œuf se brisa, et elle tomba dans un petit tas de neige. Oh, elle sentait qu'elle adorait ça ! Elle releva la tête pour observer les parages. Elle était dans une grande salle en glace, avec un tas de neige au milieu. Sur les parois de la pièce, des œufs blanc étaient posés sur de petits balcons, à différentes hauteurs, tandis que quatre autre œufs entourait les reste de la coquille nouvellement brisée.

    - Oh, fit la voix, plus proche, cette fois. Une fille. Mince.

    La dragonette se tourna vers un dragonet de un ou deux ans de plus qu'elle.

    - Quoi ? demanda-elle d'une voix aiguë. Qu'est-ce que ça change ?

    Le dragonet sursauta :

    - Tu sais parler ?

    Elle regarda timidement ses pattes.

    - Apparemment.

    Il la jugea un instant, puis baissa aussi la tête.

    - Ça change rien. J'en ai juste mare d'avoir des sœurs qui ne m'aiment pas, qui me frappe, qui me morde, qui me ridiculise en publique. Et je n'ai que un ou deux frère, tous trop grand pour m'écouter. Alors je voulais formé une armée de frère pour pouvoir empêcher mes sœurs de nous faire du mal. Alors je campe ici. Mais tu es une fille, alors tu ne vas pas tarder à aussi me détester.

    - Pourquoi je te détesterais ? s'étonna la dragonne, un peu écrasé par le nombre de phrase que le dragonet avait sortis.

    Il eu une moue agacée.

    - Parce que déjà, ma... pardon, notre mère aimait vraiment très fort mon père, probablement plus fort que tout ses autres amant, les pères de nos sœurs. Et aussi parce que je suis son fils chéri. Et ma sœur jumelle -on étaient dans le même œuf- est la seule qu'elle aime bien aussi. Toi, je ne sais pas qui est ton père, alors je me demande si Mère t'aimera...

    - Attends... Quoi ? couina la petite dragonette. Si nous avons la même mère, tu es donc mon frère. Mais nous n'avons pas le même père ?

    Là, ce fut un petit sourire orgueilleux qui se peignit sur le museau du dragonet. Aussitôt, sa sœur détesta ce sourire.

    - Notre mère fais bien ce qu'elle veut. Elle a plein d'amant, 28 filles, 29 avec toi, et trois fils. Après, elle a peu être semé des œufs un peu partout dans le Royaume. Mais elle a aimé certain de ses compagnons plus que d'autre, et elle chéri particulièrement les enfants de ces alliances la. Nous sommes donc trois qu'elle préfère : moi, ma sœur jumelle Glacière, et une de nos demi-sœur, Renarde.

    Il plissa le museau.

    - D’ailleurs, il vaut mieux que je t’emmène la voir pour qu'elle te donne un prénom. Ça sera compliqué de t’appeler : "Eh toi là bas". Suis-moi.

    Aussitôt, il fuit volte face, et sortis de la salle à grand pas. Sa sœur s'empressa de le suivre, mais avant d'atteindre la porte, elle entendit un léger appel :

    - Eh, pisst !

    Elle se retourna, et sursauta : six dragonne étaient dans la nurserie. Elle avaient environs toutes dix ans à quatorze ans, et elle n'était pas blanche. Une était noire, et regarda la dragonette sans sourciller. La suivante était blanche-doré, avec les yeux bruns-vert. Elle souriait. Une autre était ambrée-brune, et agitait nerveusement la queue. Sa camarade à sa gauche était rouge avec les yeux blancs et globuleux, et gardait toujours une patte sur l'épaule d'une autre dragonne bleue. Et la dernière était... en fait, elle changeait de couleur. Là, elle était jaune vif, avec un peu de rose, et du violet intense perçait au bout de ses ailes et de sa queue et sur son museau.

    - Oh, Hermine, tu es si mignonne ! Pour une Aile de Glace, entendons, s'écria-elle.

    - Voyons Héliconia, gronda doucement la dragonne bleue, elle ne s’appelle pas encore Hermine.

    - Sans vouloir t'offenser, c'est toi qui a prévu cette escapade, Océane fit la dragonne blanche et dorée. Tu devais te douter qu'Héliconia réagirait comme ça à la vue d'Hermine.

    - Qu’insinue-tu, Mirage ? demanda la dragonne noire. Qu'Héliconia est la seule à s’émouvoir devant une si belle et prometteuse dragonnette ? Je trouve moi aussi qu'Hermine est sublime.

    - Ce n'était pas une bonne idée, fit soudain la dragonne brune et ambrée. Non non non, on aurait pu éviter ça. Grenat, tu es d'accord avec moi, hein ?

    - Oui, fit la dragonne rouge en portant une patte à son coup.

    Ce fut à ce moment là que la dragonette remarqua qu'elle portaient toutes un bijou avec un cœur en pierre précieuse.

    - Loutre à raison. Hermine nous as vu, elle saura nous reconnaître, nous pouvons y aller.

    Puis, elle se tourna vers la dragonne noire.

    - Rendez-vous chez Mystérieuse.

    Et elle disparut. Peu de temps après, les cinq autres dragonnes disparurent aussi. La dragonette était pétrifier. Comment l'avaient-elles appeler ? Hermine.

    - Bon, la dragonette, tu viens ? fit soudain son frère en re-rentrant dans la pièce.

    - Oui, oui, j'arrive. Au fait, on peux choisir nous même notre nom ?

    - Tu peux le sugérer à Mère, fit le dragonet en haussant les épaules.

    - Comment elle s'appelle, elle ? demanda à nouveau la dragonette.

    - Diamant. La Reine Diamant.

    - Et toi ?

    - Le Prince Arctique. 


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique