• Les sorcière Latine sont des sorcière qui invoque leurs pouvoir par des mots latins. Exemple, si une d'entre elles dit "Ignis", soit "feu" en latin, une boule de feu apparaîtra. Leur pouvoir coule dans leur veines depuis leurs naissance, et se transmet d'arrière grand-tante en arrière petite-nièce, toujours en sautant deux génération, et jamais aux hommes. Elles ont aussi la particularité d'être très belles. Elles vivent principalement dans les pays chauds. La plus connu d'entre elle est Abbondanza Bianco, qui vécu à la Renaissance, connue car elle à réussit le plus puissant sortilège des Sorcières Latines : "Vitae", la vie, elle a ressusciter quelqu'un, et à survécut à la puissance de ce sort.


    votre commentaire
  •  Espèce pratiquement décimé dans son intégralité par le peuple humain, il n'on plus de monde et doivent vivre caché parmi ceux qui on détruit leur peuple. Maîtres dans l'art des illusions et des rêves, car tel est le don de la lune, ceux qui on des pouvoirs d'illusions créent des colliers capables de cacher leur semblables aux yeux des humains.


    votre commentaire
  • Le craquement.

    La terreur pure.

    La chute.

    Le vide.

    Le choc.

    La souffrance.

    Puis, plus rien.

    Le noir.

    La solitude.

    Où était-il ? Il essaya de bouger, mais il ne pouvait pas. Il avait mal, tellement mal... Et faim, aussi. Quand on souffrait comme ça, pouvait-on penser à quelques chose d'aussi futile que la faim ? Apparemment oui. Il essaya de bouger, en vain. C'était trop dur. Il était mort de fatigue. mort tout court, d’ailleurs.

     

    Il n'avait plus mal. Mais depuis combien de temps était-il ici ? Il n'y avait ni soleil, ni lune. Pas même une étoile. Et encore moins de chat. Il pensait connaître la solitude. Mais ce qu'il vivait était trois fois pire.

     

    De quoi ce souvenait-il ? Son nom. Ou... pas. Comment se nommait-il ? Il se rappelait le doux lait de sa mère. Mais comment s'appelait sa mère ? Il ne savait pas non plus. Son père ? En avait-il un ? Il se rappelait d'un odeur, heureuse, douce, protectrice. Un mot vint à son esprit. Clan. Le clan de l'Ombre. Son clan, le plus beau, le plus fort, et le plus fier des clans. Pourquoi n'était-il pas avec les siens ? Une voix résonna : "C'est ton destin.". Qui êtes vous ? aurait-il aimer crier. Mais il ne pouvais pas.

     

    - Mange.

    Un chat venait d'apparaître. Un femelle, qui ne possédait pas d'odeur autre que celle des montagnes. Elle était très belle, noire avec les yeux vert, très élégante. Son regard se radoucit.

    - Oh, mon petit guerrier, il faut que tu mange.

    Une proie apparue à ses pattes. Puis, elle disparut, et il se sentit tout de suite en meilleur forme. La femelle sourit.

    - Bien. Ne t'inquiète pas, tu aura des information bien assez tôt.

    Puis, elle aussi disparut. Le laissant seul à nouveau.

     

    Il n'était plus dans le noir. Des images l'entourait. Un camp en sécurité. une pinède où il faisait bon vivre. Mais il était toujours seul. Enfin, pas totalement. La chatte revenait de temps en temps. Il l'avait nommé Mystère, car elle ne disait jamais rien sur elle. Justement, Mystère apparut.

    - Bonjour, mon petit guerrier. 

    Il eut un mouvement de moustache amusé.

    - Ainsi c'est le jour.

    Sa voix était jeune, aussi il s’estimait avoir dans les 9 lunes. Il eut un petit rire.

    - Ici, poursuivit-il, je sens la caresse du soleil, mais je ne le vois pas. Quand je veux dormir, il fait nuit d'un coup, et quand je me réveille, il fait de nouveau jour. J'ai essayé de veiller pour voir la nuit, mais elle n'est là que quand je dors.

    Mystère sourit.

    - La patience et la confiance ne sont pas tes points fort, apparemment.

    - Je suis mort ?

    - Oui.

    - Où est le Clan des Etoiles ?

    - A sa place.

    - Pourquoi je ne suis pas parmi eux ?

    - Tu ne fait pas partis du clan des Etoiles.

    - Mais je suis mort.

    - Oui.

    Cette conversation tournait en rond.

    - Comment va mon clan ? demanda-t-il;

    - Bien.

    - Et les autres clans ?

    - Bien.

    Il remua la queue, agacé.

    - Tu ne sais pas aligné plus de dix mots ou quoi ? fit-il

    Elle sourit à nouveau.

    - Si.

    - Alors ? Ont-ils trouvez ce que nous cherchions ? Comment se porte Etoile de Jais ? Et Nuage de  , du clan du  ? Et Etoile de Léopard ? Etoile de Feu ? Etoile Filante a-t-il survécut ?

    Là, Mystère eut l'air agacée.

    - Non, Etoile Filante est encore en vie. Mais il s'affaiblit.

    - Waouh. Dix mots, onze en comptant le "s" apostrophe. Tu fait des progrès.

    Mystère retrouva bien vite son visage neutre.

    - Arrête ça.

    - Quoi donc ? demanda-t-il innocemment en l'espoir d'encore la faire parler.

    En fin de compte, il aimait bien le son de sa voix. Il repris, avec sourire charmeur :

    - Tu as quel âge ?

    Là encore, la femelle lui sourit :

    - 29 à ma mort.

    Il recula d'un pas. c'était la première fois qu'elle lui disait quelque chose sur elle.

    - Et maintenant ?

    Elle agita ses moustache.

    - Beaucoup trop de lunes.

    Il soupira. Il devinait qu'il n'en tirait rien de plus. il essaya quand même une dernière fois :

    - Quel est mon nom ?

    Elle hésita.

    - Un seul nuage de fumée annonce généralement un grand feu.

    Puis elle disparut.

    - Ce n'est pas une réponse ! hurla-t-il.


    votre commentaire
  • Perle de Corail


    votre commentaire
  • Le vent soufflait dans les montagne. Sur un pic, deux chat, un mâle et une femelle, l'un brun et l'autre grise. Les deux chats regardaient la file de félins qui marchaient lentement. Leur attention était fixé sur un chat en particulier.

    - Tu es sur ? demanda le premier chat.

    - Oui, répondis la grise. C'est notre souhait.

    - Bien. 

    Il eut un silence.

    - Vas-y, fit le mâle brun.

    La femelle retroussa le museau. 

    - C'est un de tes apprentis.

    - C'est toi qui a décider qui lui donner.

    Un autre silence. Soudain, sur la falaise où avançaient les chats, un bloc se décrocha sous les patte d'une jeune matou. Celui-ci sombra avec le rocher, sous les cris et les regard horrifiés des autres chats. La femelle grise baissa la tête.

    - C'est fait.

    Et ils disparurent ensemble.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires